1. Accueil
  2. Inhibiteur de paraffine hivernal

Un inhibiteur de paraffine hivernal permet des restaurations thermiques moins fréquentes

Situation

Dans le bassin Denver-Julesburg, les températures peuvent chuter jusqu’à -30 °F, ce qui complique l’inhibition de la paraffine. Le client tentait de résoudre les difficultés causées par les dépôts de paraffine en combinant l’inhibition en continu des puits à l’utilisation d’un inhibiteur en service à 750 ppm en fonction de la production pétrolière et de traitements de restauration thermique mensuels. L’ajout de l’inhibiteur de paraffine a permis d’effectuer les traitements de restauration une fois par mois plutôt qu’aux deux semaines; toutefois, la solution n’était pas en mesure d’enrayer complètement la formation de dépôts, d’où la nécessité d’une restauration thermique mensuelle afin de maintenir le puits en fonction. En plus des coûts directement associés au traitement, les traitements de restauration thermiques entraînent des frais considérables pour le client : la mise à l’arrêt des puits et l’utilisation du pétrole aux fins de la restauration thermique entraînent d’importantes pertes de production.

solution

Le centre de recherche de Nalco Champion a mis au point une nouvelle famille d’inhibiteurs de paraffine, spécialement conçus pour résister aux climats froids tout en offrant un meilleur rendement. En plus d’être stables jusqu’à -40 °F, les composés chimiques utilisés permettent un rendement amélioré comparativement à l’inhibiteur de paraffine présentement en usage. Nalco Champion a recommandé des essais sur le terrain avec le PARA13115A; les essais ont débuté avec un taux de 750 ppm (le même taux qu'avec l'agent chimique déjà en place), puis le taux a été optimisé et réduit jusqu'à 500 ppm. Le puits choisi pour les essais était un puits à pompe à tiges présentant une faible proportion gaz-pétrole, situé près de Fort Lupton, CO. Le nouvel agent chimique devait être appliqué de la même façon que le produit précédent : par injection continue à l’arrière du puits. La réussite des traitements devait être évaluée en observant les pressions différentielles le long de la colonne d’extraction et de la conduite d’écoulement menant au séparateur.

L’utilisation du PARA13115A permettait au client de réaliser des économies de 25 % sur les coûts d'exploitation annuels du puits mis à l'essai si l'intervalle entre les traitements de restauration thermique était prolongé jusqu'à 60 jours, et de 40 % si l'intervalle était prolongé jusqu'à 90 jours.

Résultats

Les résultats obtenus indiquent que le PARA13115A a grandement réduit la formation de dépôts; de plus, pendant toute la durée des essais, le puits n'a eu besoin d'aucun traitement de restauration afin de maintenir son rythme de fonctionnement. À la suite d'une analyse plus poussée, il a été déterminé que l'utilisation du PARA13115A permettait au client de réaliser des économies de 25 pour cent sur les coûts d'exploitation annuels du puits mis à l'essai si l'intervalle entre les traitements de restauration thermique était prolongé jusqu'à 60 jours, et de 40 pour cent si l'intervalle était prolongé jusqu'à 90 jours. Ces chiffres ne tiennent pas compte de l'exposition réduite découlant d'une plus faible circulation de camions sur le terrain ni de la réduction des risques en matière de sécurité et d'environnement engendrée par des traitements de restauration thermique moins fréquents sur un puits en production.
Voir toutes les histoiresLire toute l'histoire

Histoires connexes

Les visiteurs qui ont lu cette histoire ont également lu

Our search returned no results.